English contactez-nous aide recherche site du Canada
accueil
ecrivez-nous
nouvelles
devinette
liens
ressources
questions de l'heure sommaire de projects jeunes acdi

QUESTIONS DE L'HEURE

DÉFORESTATION: Le déclin des forêts tropicales


PAGE D'INTRODUCTION- (y compris la table de matières, le sommaire et les remerciements)

1. ANTÉCÉDENTS 6. RÉPERCUSSIONS DE LA DÉFORESTATION
2. IMPORTANCE DES FORÊTS TROPICALES 7. OPTIONS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
3. DÉFORESTATION - HIER ET AUJOURD'HUI 8. AIDE AU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL
4. AGENTS DE LA DÉFORESTATION 9. CONCLUSIONS
5. CAUSES DE LA DÉFORESTATION 10. RÉFÉRENCES


6. RÉPERCUSSIONS DE LA DÉFORESTATION

Dans certains cas, la déforestation peut s'avérer bénéfique. Dans un contexte où se mêlent des besoins sociaux, des perspectives économiques et des conditions environnementales favorables, il est possible que cela représente une solution rationnelle pour utiliser la terre de façon plus productive. Ce qui est tragique, c'est que la plupart des terres qui ont été déboisées au cours des dernières décennies ne conviennent pas à l'agriculture ni à l'élevage à long terme et qu'elles se détériorent rapidement une fois les terres forestières déboisées et brûlées. Contrairement au sol fertile que l'on trouve dans les pays tempérés, dans la plupart des cas, les terres forestières tropicales ne sont pas propices à la culture annuelle, de façon durable. Ces sols n'ont pas la capacité nécessaire pour supporter une culture annuelle intensive sans se dégrader rapidement et de façon irréversible. De même, ils ne sont pas propices au pâturage intensif, car les herbes fourragères que l'on fait pousser sur des terres forestières n'ont pas la même productivité que celles que l'on peut planter sur des sols arables. De fait, il n'existe aujourd'hui dans les pays en développement que peu de terres forestières favorables à une expansion future de l'agriculture, ce qui rend encore plus pressante la nécessité d'augmenter la production agricole sur les terres adaptées à cette production plutôt que de convertir plus de forêts en exploitations agricoles.

descombro

Photo: John Roper

Dans de nombreux cas, au niveau politique, les décideurs permettent sciemment à la déforestation de se poursuivre parce que cela représente une soupape de sécurité aux plans social et économique. En laissant les gens avoir librement accès aux terres forestières, les politiciens se déchargent de leur responsabilité de résoudre les problèmes plus délicats au plan politique auxquels sont confrontés les pays en développement, par exemple, la réforme foncière, le développement rural, le partage des pouvoirs, etc. Néanmoins, ces problèmes ne disparaissent pas. Ils persistent, tout comme les injustices qui en découlent.

Les conséquences sociales de la déforestation sont nombreuses, et leurs répercussions à long terme sont souvent dévastatrices. Pour les communautés indigènes, l'arrivée de la «  civilisation » se traduit habituellement par la destruction de leur style de vie traditionnel et le démantèlement de leurs institutions sociales. Il n'a souvent été tenu aucun compte du droit aux ressources forestières que possèdent les individus et les collectivités, de sorte que les peuples autochtones et les collectivités locales n'ont généralement eu aucune part aux décisions qui les affectent directement. De nombreuses communautés indigènes des États d'Amazonas et de Rondônia, au Brésil, ont été envahies par des agriculteurs pratiquant la culture sur brûlis, des éleveurs et des chercheurs d'or, ce qui a souvent abouti à de violentes confrontations. Ce genre d'intrusion se solde par la destruction des styles de vie traditionnels, des coutumes et des croyances religieuses.

Le débit de l'eau provenant de bassins hydrographiques qui fournissaient auparavant à la population de l'eau potable et aux agriculteurs des eaux d'irrigation connaît des fluctuations extrêmes. Privées d'eau potable et saine, les collectivités sont exposées à toutes sortes de maladies transmissibles.

Au plan économique, la destruction des forêts tropicales représente une perte annuelle du capital forestier se chiffrant à 45 milliards de dollars US (Hansen, 1997). Lorsqu'on détruit les forêts, on fait disparaître toutes les recettes futures et les possibilités d'emploi qu'aurait pu produire leur gestion durable axée sur les produits ligneux et non ligneux.

Il est probable que la conséquence la plus grave de la déforestation, celle qui démontre le manque de perspicacité de la part de ceux qui en sont responsables, est la « diminution de la diversité biologique ». La sécheresse de cette expression masque le fait que, chaque année, la destruction de millions d'hectares de forêts tropicales entraîne la disparition de milliers d'espèces et de variétés végétales et animales, dont beaucoup n'ont jamais été répertoriées scientifiquement. Combien d'espèces disparaissent chaque année? Nous ne le savons pas exactement, étant donné notre connaissance limitée des écosystèmes des forêts tropicales et nos systèmes de surveillance inadéquats. D'après certaines évaluations, 50 000 espèces distinctes disparaîtraient chaque année, mais il s'agit, au mieux, d'une approximation. Les peuplements fragmentés qui survivent à la déforestation ne sont habituellement pas assez grands pour s'autoperpétuer et maintenir de façon permanente une certaine diversité biologique, même si elle n'est pas la même qu'à l'origine. La déforestation amenuise à cette précieuse ressource qu'est la biodiversité.

Même si les avis ne sont pas unanimes en ce qui concerne le rythme auquel l'atmosphère se réchauffe, tout le monde s'entend pour dire qu'elle se réchauffe bel et bien. Les modèles généralement acceptés à l'heure actuelle prévoient une augmentation des températures à l'échelle mondiale de 0,3 degré Celsius par décennie au cours du prochain siècle (Ciesla, 1995). Ce phénomène est dû à l'augmentation du gaz carbonique présent dans l'atmosphère, qui s'est accru d'environ 25 p. 100 au cours des 150 dernières années. Même s'il ne constitue que 1/20 de un pour cent de l'atmosphère de la planète, le gaz carbonique a une grande capacité d'absorption de la chaleur rayonnante (Woodall, 1992).

Les effets du réchauffement de la planète sont catastrophiques -- sécheresse et désertification accrues, mauvaises récoltes, fusion des calottes glacières, inondation des régions côtières et déplacement des principales zones de végétation. On estime que la quantité de carbone qui existe actuellement dans l'atmosphère est d'environ 800 000 millions de tonnes et qu'elle augmente au rythme de 1 p.  100 par an. La déforestation contribue beaucoup au réchauffement de la planète, mais on ne sait pas exactement dans quelle mesure par rapport aux autres facteurs. La principale cause du réchauffement de la planète est l'excès de gaz à effet de serre rejetés dans l'atmosphère dans les pays industrialisés et provenant principalement du brûlage de combustibles fossiles. On estime que ces rejets dégagent chaque année dans l'atmosphère 6 000 millions de tonnes de carbone, principalement sous la forme de gaz carbonique. Par ailleurs, on pense que la déforestation et les feux de forêt libèrent 2 000 millions de tonnes de plus de gaz carbonique, c'est-à-dire 25 p. 100 du total de ces émissions (CMFDD, 1997). Au niveau régional, la déforestation perturbe les conditions météorologiques normales et rend le climat plus chaud et plus sec. Malheureusement, les initiatives lancées pour trouver des solutions à la crise provoquée par la déforestation n'ont pas attiré un financement à la hauteur de celui dont ont bénéficié les améliorations apportées dans le domaine des gaz d'échappement.

L'impact à long terme de la déforestation sur les sols peut être grave. Le défrichage du couvert végétal pour faire place à des cultures sur brûlé expose le sol à l'intensité du soleil tropical et des pluies torrentielles. Cela accentue la compaction du sol, élimine certaines matières organiques qui s'y trouvent, le prive des rares éléments nutritifs qu'il contient, augmente la toxicité de son aluminium et en fait une terre stérile. La culture répétée, le labourage fréquent et le surpâturage accélèrent la dégradation du sol.

Dans les zones de forêt sèche, cette dégradation s'aggrave, entraînant dans certains cas une désertification extrême. Ce problème affecte environ 3 000 à 3 500 millions d'hectares, c'est-à-dire un quart de la superficie des terres du monde, et menace la survie de 900 millions de personnes dans 100 pays du monde en développement. La désertification est la conséquence de variations climatiques extrêmes et de pratiques qui vont à l'encontre d'une utilisation durable des terres, comme la surexploitation du couvert forestier. Sous l'effet de la poussée démographique, la pression sur les terres ne cesse à augmenter et on les utilise bien au-delà de leurs capacités.

flooding

Inondations causées par l'ouragan Mitch
source: UN System Honduras

D'ici 2050, deux milliards de personnes, c'est-à-dire 20 p. 100 de la population de la planète, souffriront d'un manque d'eau (WRI, 1994). C'est surtout la population des pays en développement qui sera affectée. Une fois privés de leur couvert forestier, les bassins versants perdent la capacité de réguler l'écoulement fluvial, et le niveau des cours d'eau et des rivières fluctue rapidement, ce qui entraîne souvent de désastreuses inondations en aval. Le manque d'eau nuit à la santé des populations parce qu'il empêche l'élimination adéquate des eaux usées, décourage les bonnes pratiques d'hygiène personnelle et restreint la quantité d'eau potable. La sécurité alimentaire est menacée au fur et à mesure que les eaux d'irrigation deviennent plus rares. Privés de la protection du couvert forestier, les sols sont exposés aux rigueurs des climats tropicaux et s'érodent rapidement. Les pêcheries côtières et en eau douce sont dévastées par l'énorme quantité de sédiments charriés par les rivières, tout comme les terres humides où la faune et la flore sont si riches. Les sédiments provenant de la dégradation des bassins versants sont également l'une des principales causes de la détérioration des récifs de corail côtiers. Les coûts économiques et environnementaux sont énormes.



. . . pour continuer, choisissez l´un des chapitres suivants.

PAGE D'INTRODUCTION- (y compris la table de matières, le sommaire et les remerciements)

1. ANTÉCÉDENTS 6. RÉPERCUSSIONS DE LA DÉFORESTATION
2. IMPORTANCE DES FORÊTS TROPICALES 7. OPTIONS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
3. DÉFORESTATION - HIER ET AUJOURD'HUI 8. AIDE AU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL
4. AGENTS DE LA DÉFORESTATION 9. CONCLUSIONS
5. CAUSES DE LA DÉFORESTATION 10. RÉFÉRENCES




Pour plus d'information, veuillez vous adresser au:

info@rcfa-cfan.org

Dernière mise à jour: 08/31/2003

Avis et Dénégation Importants

Top